Publié le Laisser un commentaire

"Un pervers dément – qui ne peut pas attacher ses propres lacets ou …



Une vice-présidente qui n’a même pas remporté de primaire dans son propre état. Et un pervers dément, entre autres, qui ne peut même pas attacher ses propres lacets ou savoir où il est et ils nous les ont fourrés dans le nez avec une fourchette de fraude si flagrante qu’elle est visible dans le monde entier. Ce fut une excellente interview avec Rose Tennent de 1320 WJAS.



Source link

Publié le Laisser un commentaire

Les écrans faciaux et les masques à valve “ n’arrêtent pas la propagation de Covid-19 ”, selon les recherches


Les écrans faciaux et les masques avec soupapes d’expiration n’arrêtent pas la propagation du Covid-19, selon de nouvelles recherches.

Les masques en tissu et chirurgicaux protègent mieux les personnes contre la propagation de coronavirus que les écrans faciaux en plastique et les masques à valve, suggèrent les scientifiques.

L’étude a révélé qu’il serait peut-être préférable d’utiliser des tissus de haute qualité ou des masques chirurgicaux de conception simple pour aider à lutter contre la propagation.

Alors que les infections augmentent dans le monde entier, les masques faciaux sont de plus en plus acceptés comme un moyen efficace de lutter contre Covid-19, ainsi que la distanciation sociale et le lavage des mains.

Les masques en tissu et chirurgicaux pourraient mieux protéger les personnes contre la propagation du coronavirus que les écrans faciaux en plastique et les masques à valve
Les masques en tissu et chirurgicaux pourraient mieux protéger les personnes contre la propagation du coronavirus que les écrans faciaux en plastique et les masques à valve

De plus en plus de gens se tournent vers les écrans faciaux en plastique transparent et les masques avec des valves respiratoires comme option plus confortable.

Mais la recherche américaine suggère qu’ils ne sont pas aussi efficaces que les masques en tissu ou chirurgicaux ordinaires.

L’auteur de l’étude, le Dr Siddhartha Verma, de l’American Institute of Physics, a déclaré: «Alors que les étudiants retournent dans les écoles et les universités, certains se demandent s’il est préférable d’utiliser des écrans faciaux car ils sont plus confortables et plus faciles à porter pendant de longues périodes.

La recherche suggère que les écrans faciaux et les masques avec des valves d'expiration n'arrêtent pas la propagation du Covid-19
La recherche suggère que les écrans faciaux et les masques avec des valves d’expiration n’arrêtent pas la propagation du Covid-19

“Mais que se passe-t-il si ces boucliers ne sont pas aussi efficaces? Vous mettriez essentiellement tout le monde dans un espace restreint avec des gouttelettes qui s’accumulent au fil du temps, ce qui pourrait potentiellement conduire à des infections.”

Dans leurs recherches, les scientifiques ont découvert que les écrans faciaux bloquent le mouvement initial vers l’avant d’un jet simulé d’une toux ou d’un éternuement.

Mais les gouttelettes expulsées peuvent alors se déplacer facilement autour de la visière et s’étaler sur une grande surface.

Un tissu de haute qualité ou des masques chirurgicaux peuvent être plus efficaces
Un tissu de haute qualité ou des masques chirurgicaux peuvent être plus efficaces

Pour minimiser la propagation de Covid-19 dans la communauté, il peut être préférable d’utiliser un tissu de haute qualité ou des masques chirurgicaux de conception simple au lieu d’écrans faciaux et de masques équipés de valves d’expiration.

Le Dr Verma a déclaré: “Même les meilleurs masques présentent un certain degré de fuite. Il est toujours important de maintenir une distance physique tout en les portant pour atténuer la transmission.”

L’étude suggère que Covid-19 est toujours capable de se propager si une personne infectée par le virus porte un masque avec un «orifice d’expiration».

De plus en plus de gens se tournent vers les écrans faciaux en plastique transparent et les masques avec valves respiratoires comme option plus confortable
De plus en plus de gens se tournent vers les écrans faciaux en plastique transparent et les masques avec valves respiratoires comme option plus confortable

De tels revêtements faciaux permettent à un grand nombre de gouttelettes de s’échapper à travers la vanne d’air non filtrée, ce qui la rend inefficace pour arrêter la propagation, montrent les résultats.

Au cours de leurs expériences, les chercheurs ont utilisé une tête de mannequin creuse et simulé une toux ou un éternuement avec une impulsion de pression d’une pompe manuelle.

Des traceurs fabriqués à partir de gouttelettes d’eau distillée et de glycérine ont été expulsés par l’ouverture de la bouche, et des feuilles laser ont visualisé le développement spatial et temporel du flux éjecté.

Le Dr Verma a ajouté: “Nous nous sommes concentrés sur les gouttelettes plus petites car elles peuvent rester en suspension pendant de très longues périodes et peuvent contenir suffisamment de particules virales pour transmettre le COVID-19.”

Les résultats ont été publiés dans la revue Physics of Fluids.





Source link

Publié le Laisser un commentaire

École à distance : « Les enfants des milieux populaires seront perdants, et ne seront pas les seuls »


« Une réussite. » C’est ainsi que le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, a qualifié l’enseignement à distance peu avant la fin du confinement [1]. La réalité vécue à hauteur d’enseignant, et d’élève, était moins idyllique… « Certains de mes étudiants étaient dans leur salle de bain pour les visioconférences, parce que c’était la seule pièce calme de la maison, rapporte Guillaume Sabin, enseignant en sociologie à l’université de Rennes I. D’autres n’avaient pas de connexion et écoutaient les cours via le téléphone qu’un ami posait près de son ordinateur. » Dans les quartiers populaires, certains enfants n’avaient qu’un smartphone pour trois, ou quatre, et pas d’imprimante.

Des inégalités abyssales

« J’ai aidé deux lycéens scolarisés dans un lycée professionnel, rapporte Véronique Decker, enseignante à la retraite et ancienne directrice d’une école dans un quartier populaire de Seine-Saint-Denis (93). Le professeur de menuiserie leur envoyait des plans de 17 pages qu’il était absolument impossible de lire et de comprendre sur un écran de téléphone. » Matériel numérique défectueux ou inexistant, espaces insuffisants et peu confortables, absence d’adultes compétents pour épauler les élèves : une proportion non négligeable d’élèves ont décroché pendant cette période de confinement – 4 %, soit 500 000 élèves, selon le ministre de l’Éducation, qui concède que cette moyenne cache d’importantes disparités.

« L’usage massif du numérique a mis en évidence les inégalités qui sévissent habituellement dans la société, et qui sont, un peu, amoindries par l’école, pense Véronique Decker. Il y a plus de différences entre un gamin seul face à un écran de smartphone cassé et un autre qui travaille au calme avec un précepteur – certaines familles ont embauché des enseignants privés pendant la période – qu’entre l’école la moins bien équipée et une école très confortable », précise-t-elle. « Certains sont forcément ressortis perdants, appuie François Hilfiger, enseignant dans un quartier populaire à Paris et membre du syndicat Snudi, affilié à Force ouvrière. C’est faux de dire qu’il y a eu une continuité pédagogique, c’est de la pure com’. »

Conserver du commun pour réduire les inégalités

« L’outil numérique, en soi, n’est pas un problème, précise Véronique Decker. Mais il faut qu’il soit un outil mutualisé de l’école. À partir du moment où les outils sont personnels, on aggrave les injustices sociales. Contrairement à ce que pensent beaucoup d’intellectuels parisiens, la plupart des gens, en France, n’ont pas les moyens de s’équiper. » « Si l’on réduit l’espace commun on accentue les inégalités », appuie Christophe Cailleaux, professeur d’histoire-géographie dans un lycée de l’agglomération de Dijon, membre du Snes (FSU). « C’est en classe, à travers toutes les formes de cours possibles, avec ou sans numérique, que la construction des savoirs peut se faire de la manière la plus égalitaire possible », insiste sa collègue Amélie Hart-Hutasse [2].

Beaucoup d’enseignants s’accordent sur la piètre qualité de ce qui a été transmis et pensent que le travail à distance doit rester « exceptionnel ». Ce n’est pourtant pas ce qui est au programme. À l’université, les équipes ont d’ores et déjà été prévenues que certaines activités et cours se tiendront en « distanciel » jusqu’au mois de janvier, avec un accueil de petits groupes au sein des campus. « Il y a une réelle volonté de pérenniser ce qui s’est passé pendant huit semaines de confinement, remarque Guillaume Sabin, enseignant en sociologie à l’université de Rennes I. Des dizaines de formation sont proposées par l’institution en vue d’augmenter le travail à distance. Passer d’un système où l’on enseigne à quelques centaines de personnes à un système où le nombre d’élèves est illimité, bien sûr, c’est tentant d’un point de vue comptable. »

Un algorithme pour remplacer le prof absent ?

Le 19 mai 2020, un projet de loi visant à instaurer dans le temps la notion de continuité pédagogique a été déposé par la députée LR, Frédérique Meunier. L’élue entend « inclure l’enseignement distanciel comme un complément voire une solution alternative, afin de pallier des absences imprévues, élèves malades mais qui peuvent suivre les cours à distance, élèves bloqués par l’absence de transports en commun, intempéries… » Quelques jours avant, le 8 mai, le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer prévenait que pour la rentrée de septembre, il y aurait « un scénario mixte, celui où l’élève est en partie présent en petits groupes, où certaines activités peuvent avoir lieu en dehors de l’établissement, et avec de l’enseignement à distance qui continuerait à être très important ». Pour le moment, cette configuration semble avoir été abandonnée, mais elle pourrait revenir si la circulation du virus s’intensifie davantage après la rentrée.

« Si un instituteur est malade, les enfants pourront suivre le cours sur ordinateur, plus besoin d’avoir de remplaçant », prévient Véronique Decker. « Ils veulent faire des économies, c’est clair. Et pour cela, le plus sûr, c’est de supprimer des postes », constate François Hilfiger. « C’est comme dans les supermarchés, glisse Christophe Cailleaux. Les gens qui travaillent, c’est ce qui coûte le plus cher. » Les nouvelles technologies permettent en plus d’avoir l’air résolument moderne, de « vivre avec son temps ». « Le service public aurait quelque chose de ringard, et il faudrait rattraper cette image de ringardise », observe Guillaume Sabin.

Investisseurs et géants du web prêts à conquérir l’école

« D’un point de vue économique, le numérique éducatif est prometteur, intervient Christophe Cailleaux, qui a mené une enquête sur la marchandisation du secteur [3]. Ce que l’on appelle les “EdTech”, pour outils numériques éducatifs, sont de plus en plus nombreux. Ils profitent d’un véritable soutien des investissements publics. » La créatrice du premier fonds d’investissement EdTech (Educapital), Marie-Christine Levet, a affirmé fin mai que deux milliards d’euros ont été investis par les collectivités territoriales dans ces nouvelles technologies éducatives [4]. Créé à l’automne 2017, Educapital soutient le développement du secteur, via notamment des partenariats public-privé.

De l’autre côté de l’Atlantique, Eric Schmidt, le directeur de Google, a comparé le confinement à « une expérimentation massive d’apprentissage à distance ». Les leçons tirées de cette période devraient permettre au géant du web de « construire de meilleurs outils d’apprentissage à distance qui (…) aideront les enfants à mieux apprendre » [5]« Le système éducatif est engagé dans des transformations pédagogiques et organisationnelles profondes qui nécessitent de mobiliser fortement les potentialités du numérique », insiste de son côté le ministre Jean-Michel Blanquer.

« On sait pourtant que les enfants n’apprennent pas en interaction avec une intelligence artificielle, se désole Véronique Decker. Ils ne peuvent que s’entraîner. Aucun enfant ne se dit : “Chouette, le théorème de Pythagore !”, seul devant son ordinateur. Pour apprendre, pour comprendre, il faut qu’il y ait un adulte près d’eux. Si l’enseignement à distance se développe, les enfants des milieux populaires seront perdants. Mais ils ne seront pas les seuls. Qui sera là, présent, dans tous les milieux sociaux ? Ce sont évidemment les mères, comme on a pu le constater pendant le confinement. Ce que le gouvernement est en train d’organiser ce sont d’importants reculs sociaux. »

Le confinement, révélateur de nouvelles relations entre l’école et les familles

L’école n’a pas dit son dernier mot. Pendant la crise, les interstices de liberté ont continué de s’épanouir, parfois grâce au numérique. « Les nouvelles technologies ont pu permettre aux enseignant de nouer de vraies relations avec les élèves et leur famille », dit Guillaume Sabin. Parfois, les contacts étaient quotidiens. « Un jour, j’ai proposé que l’on s’envoie des photos de nos chaussettes, pour étudier les couleurs, raconte Frédérique, qui enseigne à Paris dans une unité pédagogique pour élèves allophones arrivants (UPE2A). La vie quotidienne a débarqué entre nous. Cela a créé des liens. » Mis à mal par la reprise chaotique du 11 mai, qui a sommé les enseignants de choisir parmi leurs élèves ceux qui pourraient être accueillis, ce lien peut être un levier puissant de changement émancipateur au sein de l’école. De ce point de vue, ce qui se vit et se pratique dans certains quartiers populaires pourrait être une vraie source d’inspiration.

« Pour les équipes engagées dans ces quartiers, la relation avec les familles n’a rien d’anecdotique, rappelle Guillaume Sabin. Leur pédagogie passe par ce lien et il ne peut être rompu sous prétexte qu’il y a d’autres urgences. Ce que l’on saisit habituellement à l’extérieur et à la sortie de l’école, on l’a fait par mail et par téléphone pendant le confinement. » Dans certains établissements les enseignants ont demandé des barnums qu’ils ont posés devant les écoles pour continuer à accueillir les parents. Dans divers quartiers, des familles de milieux populaires se sont senties considérées, avec une véritable valorisation de leurs actions. D’étonnantes découvertes ont eu lieu, de part et d’autre. Des élèves, que les enseignants auraient plutôt classés parmi les premiers décrocheurs, se sont révélés très assidus. Des familles, habituellement très critiques envers les enseignants, ont revu leur point de vue.

Continuité du service public

Ces nouvelles relations, plus confiantes, plus respectueuses pourront-elles durer ? « Il faudrait y travailler, pense Guillaume Sabin. Ce qui est sûr c’est que, pendant cette période de crise, l’école s’est révélée comme une institution très importante, créatrice de liens, et centrale pour bien des familles. » À défaut de continuité pédagogique, que beaucoup qualifient d’illusoire, les enseignants ont assuré une véritable continuité du service public. Bien des enseignants aimeraient poursuivre sur cette voie. « Plutôt que de faire semblant de reprendre, on aurait pu imaginer de passer du temps ensemble, avec les parents, le personnel et les élèves pour discuter et réfléchir à la société dans laquelle on souhaite vivre, et à l’école qui irait avec », pense Christophe Cailleaux.

Pour cela, ils ont besoin de sortir de l’urgence et de la sidération dans laquelle la crise sanitaire les a plongés. « Il nous faut retrouver le temps – plus lent – de la démocratie », résume le professeur d’histoire-géographie. Les enseignants rêvent aussi d’écoles plus petites, et de classes moins remplies. Ils risquent d’être déçus : en dépit de la crise sanitaire, et des besoins impérieux de travailler en plus petits groupes, rien n’a été prévu, en cette rentrée 2020, pour éviter les classes bondées.

Nolwenn Weiler

Photo : CC Nevit Dilmen



Source link